Ravivage de la flamme oct 2016

Le ciel était bleu au dessus de champs Elysée, le vent faisait flotter les drapeaux sous l’arc de triomphe, la pierre blanche des monumentaux piliers au pied desquels nous nous trouvions prenait des teintes dorées de soleil déclinant; la flamme entretenue vivante depuis le 11 novembre 1923 nous redisait la permanence de la nation et son inextinguible reconnaissance envers ses fils tombés pour elle.
Ce jour, 5 octobre 2016, notre ville de Mons en Baroeul, son maire, sa chorale d’enfants, ses anciens combattants, ses musiciens représentaient la nation toute entière en cet hommage solennel dit du ravivage de la flamme. Il y avait dans le coeur et dans les yeux de chacun de l’émotion, de la fierté, le sentiment de participer à une histoire plus grande que la sienne, de marcher dans les pas de tous ceux qui, un siècle durant, se sont recueillis là, de partager un destin commun avec tous qui se reconnaissent dans cette flamme de la nation.
A 18h30 précise, selon un ordonnancement précis, la circulation fut coupée en haut des Champs-Élysées, et le cortège officiel, porte-drapeaux de la commune en tête, traversa le rond-point pour prendre place sous l’arc de triomphe accompagné par les musiciens de l’harmonie et de l’école de musique. Le président des anciens combattants Claude Géry, puis le maire assistés de jeunes monsois déposèrent une gerbe sur la tombe du soldat inconnu. Ils inscrivirent ensuite, au nom de ceux qu’ils représentent, nous-les Monsois, sur le livre d’or les mots que leur inspira cet incomparable instant. La chorale des enfants monsois interpréta, dans un silence respectueux, ce chant composé spécialement pour le 11 novembre 2014 à Mons en Baroeul. Leurs voix,  si vulnérables, si frêles devant l’immensité et la majesté du lieu, apportèrent, à la gravité du geste, sa note d’apaisement, de foi dans l’avenir : la paix des disparus, la paix des braves, les paix revenues après les guerres, la paix défendue, la paix maintenue ici et ailleurs.