Vous êtes ici

Précédent

Du jazz par hasard dans le placard

Tout au long de la semaine dernière, la Compagnie Enjeu Majeur était en résidence pour la seconde fois dans la salle intimiste du Trait d'Union. Zoom sur ce temps de réfléxion et de répétition, mené par un trio de musiciens passionnés et engagés.

 

 

La Compagnie

Crée en 2019, la Compagnie Enjeu Majeur rassemble trois musiciens et comédiens professionels, dont les compositions, les chansons et les histoires sont imprégnés de l'esthétique de jazz dit "bebop". Zakariya au chant, à la guitare et à la MAO, Arthur au saxophone et à la flute traversière et Simon à la contrebasse, forment un trio de musiciens passionnés par le format du conte musical et qui souhaitent démocratiser le jazz auprès des 6 ans et plus, tout en transmettant des valeurs qui leurs sont chères.

Le projet de création

Le projet tient son origine d’un concert au Conservatoire de Lille, à l’occasion de la célébration du centenaire de Charlie Parker, un éminent saxophoniste. Devant un public de scolaire, Zakariya et Simon, le duo de l’époque, avaient présenté une forme de conte musical racontant une histoire par le chant et par les notes de leurs instruments. A la suite de cette représentation, la compagnie en devenir a une révélation : elle souhaite créer un spectacle musical destiné à un jeune public, autour de l’histoire de Charlie Parker.

La première étape d’écriture s’est déroulée au Trait d’Union en février 2021 avec la question suivante : comment raconter l’histoire de Charlie Parker à des enfants et comment y mettre un petit quelque chose de fantastique ?

Avec l’histoire du musicien en toile de fond, le trio met en scène le personnage de la Bouche, qui représente à la fois Charlie Parker et la voix. Derrière ce récit chanté et joué, la compagnie cherche à questionner la place prédominante qu’occupe la voix en tant qu’instrument préféré et dominant, dans la musique et la culture populaire. C’est ici que l’on retrouve Charlie Parker, qui s’est battu pour ramener l’instrument à sa juste place, en l’utilisant comme canal d’expression tout aussi puissant que la voix. La musique n’est plus seulement qu’un chant, chaque instrument prenant une dimension toute aussi importante, et s’exprimant avec son propre langage.

Une restitution devant un public scolaire avait pu être organisée à la fin de leur première résidence de février. Cette étape les avait conforté dans l’envie de développer ce projet, dans ce désir de transmettre aux enfants des valeurs d’amitié, de partage, dans la musique et la création, tout en démocratisant le jazz.

La semaine dernière, le trio a donc continué son travail d’écriture et de répétition, toujours dans la salle du Trait d’Union.

Et ensuite ?

N’étant aujourd’hui qu’au début de leur travail, le trio doit continuer à écrire son calendrier de production et est en pleine recherche de lieux culturels qui pourraient les accueillir.

« On a hâte de rencontrer le public, que ce soit en format réduit ou autre. On met les bouchées doubles et on veut partir à la rencontre du public, de la jeunesse. Nous ce qui nous motive c’est cette spontanéité des enfants mais surtout l’envie de les faire sortir de l’école qu’ils connaissent depuis un an. Notre moteur c’est de leur faire vivre autre chose et les sortir du cadre académique classique. Malgré tout ce qu'il se passe en ce moment, la culture est essentielle à l’humain et à la survie morale »

Bonne nouvelle ! Le projet a été sélectionné aux Jeunesses Musicales France pour une audition le 21 mai prochain, qui leur permettra de présenter une partie de leur création. Le trio est désormais à la recherche d’un coproducteur avec pour objectif une première représentation pour septembre 2022.